https://redditwatches.com/ replica richard mille replica watches https://www.beautystic.com https://www.reallydiamond.com www.youngsexdoll.com https://www.littlesexdoll.com/ rolex replica replica rolex watches https://alexaedmon.com/

Présentation

elglingo.fr, c’est le blog d’un mec comme les autres, qui a hérité d’une vie pas comme les autres.

Pour me connaître et comprendre qui je suis, je vous invite à lire El Glingo Express

Retrouvez aussi mes anciens articles
sur mon premier blog

Derniers billets
Derniers articles
Newsletter
mercredi
28 Nov.
2018
Publié par Laurent

Japon : domo arigato

Mots clés :  Voyages, Vacances

20 jours à travers le Japon par le train et le bus, entre tradition et modernité. Et un typhon en bonus

 

 

 

 

Le périple

Paris -> Tokyo -> Takayama -> Shirakawa-go -> Kanazawa -> Osaka -> Hiroshima -> Kyoto -> Paris.

Cliquez sur la carte pour voir les détails du voyage : villes, hotels, sites que j'ai visité. N'hésitez pas à parcourir les point d'intérêts, pleins d'infos et de photos !!!

Vu de l'intérieur

Organisation :

Nos déplacements se sont fait exclusivement par les transports en commun. Par le Shinkansen (ligne grande vitesse) pour les déplacements grandes distances, les trains et bus régionaux, le métro et le bus de ville. Le maillage est impressionnant, il n'y a nulle part où les transports en commun n'accèdent pas.

L'agence de voyage avait organisé ces déplacements de sorte que l'on ai pas à se trimballer les valises à chaque fois ; elles ont voyagé à part et nous attendaient dans certains hotels (à Tokyo, Osaka et Kyoto). Entre les deux on s'est déplacé avec un sac à dos et quelques affaires.

Etant très dépendant des horaires de transport, j'ai passé beaucoup de temps en amont à planifier les visites en choisissant dans la longue liste fournie par l'agence de voyages les lieux les plus intéressants à visiter en tenant compte du temps où l'on restait dans une ville et leur distance par rapport à l’hôtel.

 

Propreté, Ordre et discipline :


Couloir de métro
Essayez de trouver une poubelle dans la rue
, il n’y en a pas ! Les (très) rares conteneurs qu’on peut croiser dans les gares et métros sont destinés aux canettes ou aux bouteilles en plastique, mais rien pour jeter des emballages, papier ou nourriture.
Pourtant les rues, les gares et les stations de métro sont impeccablement propres. Les japonais ne mangent pas dans la rue, et il est rare de les voir une canette ou une bouteille à la main. Les rares déchets qu’ils occasionnent, ils les gardent avec eux pour sans doute les jeter dans leur poubelle domestique.

Les japonais font la queue : que cela soit pour monter dans les transports, accéder à un magasin ou un restaurant. Et tout cela dans un calme ahurissant. Personnellement j’ai été choqué de voir que dans le métro il y a des couloirs d’attente tracés au sol avec une limite à ne pas dépasser pour l’accès au train. Tout le monde se place impeccablement dans le tracé, personne ne dépasse la limite. Et si quelqu’un pose par erreur le pied au-delà, un agent de quai l’invite à se replacer correctement.

Je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite. C’est au bout du deuxième ou troisième jour à Tokyo, un peu par hasard en regardant les gens attendre au passage piéton j’ai constaté qu’instinctivement ils se plaçaient aussi en rang en attendant que le feu soit vert. Il est entendu que personne ne traverse quand le feu est rouge, même si la rue est totalement déserte. Les seuls qui osent faire cela sont les touristes…


Moderne et pratique :

Tout est fait pour se simplifier la vie et gagner en confort.

  • Au restaurant, les plats sont exposés en vitrine et les menus comportent la photo des plats.
  • Toutes les stations de métro, les gares et la plupart des bâtiments ont des escalators et des ascenseurs.
  • Les trains sont modernes, spacieux et confortables. Beaucoup de place pour les jambes. Les fauteuils se retournent pour toujours être dans le sens de la marche. Une hôtesse passe régulièrement avec un chariot pour proposer boissons et nourriture.
  • On trouve du WIFI gratuit partout dans le métro, les gares, ainsi que dans certaines lignes de train. Mais aussi dans la plupart des restaurants.
  • Tout est bien indiqué, bien fléché, surtout dans le métro.Que ce soit dans les transports, les sites touristiques, les magasins ou les restaurants, il y a toujours un employé prêt à se plier en 4 pour vous aider. Quelques fois ils viennent vers vous d’eux même quand ils comprennent que vous êtes perdus ou en difficulté.
  • Les portes arrière des taxis s’ouvrent et se ferment automatiquement.

 

A chaque restaurant sa spécialité

Pas de menu du jour, ni de suggestion du chef. Au japon tout est à la carte ou en portion. Vous pouvez commander plusieurs plats en même temps ou les uns à la suite des autres.
Maki concombre, avocat et saumon

Chaque restaurant ne fait qu’un type de nourriture, à de rares exceptions près : soit uniquement des plats avec du bœuf, soit uniquement du poisson, soit uniquement du poulet et du porc.

Seules certaines chaînes de restauration proposent de tout, mais la nourriture, même si elle reste bonne, est moins bien préparée, comparée aux restaurants spécialisés qui proposent des mets d’une grande finesse de goût.

L’accueil et le service sont irréprochables. C’est quasiment impossible d’entrer ou de partir discrètement, dès que vous passez la porte tous le personnel vous souhaite la bienvenue, et quand vous partez c’est un concert de « Arigato gozaimashita » bien bruyant qui vous raccompagne.

On mange raisonnablement pour 15 euros. Le bœuf est plus cher, surtout le bœuf de Kobé.

Impossible de trouver des légumes verts ou des frites. L’accompagnement sera composé de riz à 90%, de nouilles ou d’une soupe miso. Vous pouvez aussi opter pour une omelette.

Les meilleurs plats ont été pour moi ceux avec du poisson cru. Les ramen sont très bon aussi (composés généralement de soupe, de nouilles, de morceaux de porcs en lamelles et d’un demi œuf dur, le tout dans un grand bol)


Perfect spots

26 sites visités durant le séjour. Voici les top 11 de ceux qui m'ont le plus marqués


11 . Le parc Ueno, à Tokyo : immense parc avec quelques temples et un grand zoo avec des pandas


10 . La Tokyo Skytree : tour haute de 634 mètres. Son observatoire à 450 mètres vous offrira une vue panoramique sur la ville à 360°


9 - Le croisement de Shibuya, à Tokyo : le plus gros passage piéton au monde, entouré de buildings-écrans publicitaires. Une autre planète sur la planète terre


8 . Osaka - quartier Shinsekai et la tour Tsūtenkaku : quartier de restaurant traditionnels animé et coloré qui mène à la tour Tsūtenkaku, inspirée de la tour Eiffel


7 . Musée du Mémorial de la paix à Hiroshima : pour se prendre une grande claque dans la gueule et comprendre les lourdes retombées d'un bombardement atomique


6 . Kyoto - Nijo-jo : Château médiéval. Quittez vos chaussures et arpentez le parquet sifflotant de la demeure du shogun.


5 . Kyoto - Sanjūsangen-dō : galerie de 118 mètre de long renfermant un alignement de 1001 statues de Bouddha en bois recouvert de feuilles d'or. Une vision un peu irréelle qui donne le vertige (la photo n'est pas de moi, il est interdit d'en prendre)


4 . Kamakura - le Daibutsu en bronze de 14 mètres et l'alignement des bouddhas. Un des symboles du Japon, cet impressionnant Bouddha assis en bronze est le rescapé d'un temple détruit par un typhon.
Un peu plus loin, le site d'Hasedera expose plusieurs milliers de petits bouddha en pierre.


3 . Inari - Fushimi Inari-taisha : site composé de temples, d'autels et de plusieurs séries d'alignement de torii.

 

2 . Shikarawa-go : village de montagne inscrit au patrimoine mondial de l'humanité. Entièrement composé de fermes aux toits en paillages. Un endroit isolé, hors du temps, entre nuages et rizières.

 

1 . Nara : Entrez dans le parc, faites quelques caresses aux cerfs sacrés qui se balladent en toute liberté, allez contempler le bouddha de Todai-ji. Au retour, achetez des gâteaux secs et distribuez les aux daims qui quémanderont en secouant la tête; ne vous laissez pas encercler par ces bestioles, les plus impatients vous pinceront gentiment les fesses ou vous donneront un petit coup de tête amical.

 

Bonus Jébi

C'est en arrivant à l’hôtel sur l'ile sacrée de Miyajima (près de Hiroshima) qu'on a entendu parler du typhon Jébi.

L'employé nous a montré une carte avec le tracé du passage : "Il arrive demain".

Nous n'étions pas forcément tranquilles, car nous devions le lendemain rejoindre Kyoto pour la fin du voyage (à environ 3h00 de train) et nous ne souhaitions pas rester bloquer sur l'île. On a donc décidé de partir plus tôt le matin.

Arrivé à la gare d'Hirosima, tous les panneaux d'affichage clignotaient, et de grands écriteaux étaient posés à l'entrée des guichets : trafic bloqué vers le nord, car le typhon était en train de passer sur Osaka et Kyoto ! Reprise du trafic ? Indéterminée !!

Après un moment de panique et quelques heures d'attente, il a fallut se résoudre au fait qu'on serait sans doute bloqué à Hiroshima pour le reste de la journée. Pour s'occuper on a refait du tourisme en visitant une exposition et en flânant dans les rues et les galeries marchandes à la découvertes de quelques curiosités nippones.

Assez ironiquement, alors que Kyoto et Osaka vivaient l'apocalypse, le temps était très agréable à Hiroshima

De retour à la gare en début de soirée la situation n'avait pas changé, et l'on a appris que le trafic ne reprendrait que le lendemain. Sur les conseils de l'agence de voyage j'ai téléchargé l'application booking.com et après une recherche rapide on a trouvé une chambre d'hôtel pas trop loin de la gare.

Kyoto a été l'étape finale du voyage, on devait y rester 3 jours. On a un peu regretté d'avoir perdu une journée, car là encore beaucoup de choses à voir dans la ville et sa région. On a eu un belle compensation mais pas forcément comme s'y attendait...

L'avant veille du départ on reçoit un SMS d'Air France annonçant que notre vol a été annulé. SMS suivi d'un appel de l'agence de voyage qui nous a confirmé l'information. L'aéroport d'Osaka Kensai, situé sur une île, a été inondé par le typhon. Après quelques cafouillages entre l'agence et Air France qui nous a fait perdre du temps, mon père a contacté directement Air France pour qu'on soit inscrit sur le prochain vol disponible, quel que soit l'aéroport de départ. On partira de Tokyo, mais pas avant 6 jours !

6 jours c'est bien et c'est chiant en même temps.
Bien, parce qu'on a pu rester dans le même hôtel (très bien situé, chambre spacieuse et calme, très bon service) et qu'on a eu plus de temps pour visiter plein d'autres sites et même retourner sur deux autres qu'on avait pas fait à fond.
Chiant, parce qu'au bout d'un moment, on en a un peu marre et on est fatigué. Sans compter qu'on était hors prestations, par conséquent tous les frais étaient à notre charge. Après coup l'assurance de la carte bancaire nous a remboursé une somme forfaitaire mais cela a représenté à peine la moité de ce qu'on a du débourser en plus.

On est revenu en France exténués, les yeux remplis d'images magnifiques et le cœur plein d'émotions. Au final et malgré ces désagréments, ce voyage restera un des meilleurs moments de ma vie.

 

Kit de survie

Si comme moi vous devez gérer vos déplacements en train et en métro/bus, il y a 2 cartes indispensables à posséder :

  • Le JR PASS : carte d’abonnement périodique au train. Grace à elle vous pourrez utiliser tous le réseau ferré de la société Japan Rail, qui couvre la quasi-totalité du territoire japonais. Vous aurez aussi accès à certains trains Shinkansen (les trains à grande vitesse). Vous pouvez commander le JR PASS depuis la France, mais vous devrez obligatoirement le retirer et l’activer au japon, dans un bureau spécial de l’aéroport ou d’une grande gare.

  • Une carte PASSMO ou SUICA : carte prépayée pour les métros et bus de ville (marche aussi pour les trains locaux JR si c’est une SUICA), valable dans TOUT le Japon. La carte est rechargeable dans les stations de métro. La particularité du métro japonais est que le montant est débité à la sortie : le prix du trajet est calculé par rapport à la distance que vous parcourez. En revanche pour le bus, même si on valide aussi la carte en sortant, le prix du trajet est fixe.

L’application mobile Hyperdia : pour planifier ses trajets, voir les horaires de trains, les correspondances.

Les applications mobiles des métros : la plus complète est Métro Tokyo, qui permet de planifier ses trajets avec les correspondances. Metro Osaka est un peu plus simpliste et Metro Kyoto se contente du plan des 2 principales lignes de la ville (alors qu’il y en a plein d’autres).

Un pass appels internationaux avec option datas pour votre abonnement mobile : car vous allez devoir utiliser Google Maps très très souvent pour trouver votre chemin. Au japon, 80% des pancartes sont exclusivement écrites en japonais il n’y a quasiment aucun nom de rue. Etant chez Sosh, j’ai souscrit au pass Evasion avec 3GO de datas, ce qui a été amplement suffisant.

Eventuellement une fourchette de poche, si vous n’êtes pas à l’aise avec les baguettes. Dans la plupart des restaurants on peut vous fournir une fourchette sur demande, mais si vous achetez des plats à emporter ou que vous commandez à manger dans le train, vous n’aurez pas le choix. Celle que j’ai achetée m’a servie à plusieurs reprises :

Un adaptateur de prises : Les prises de courant au Japon sont les mêmes que les prises américaines et anglaises.

Diaporama

Quelques photos

  • Diaporama standard HTML5
    une fois sur la page flickr, cliquez sur la petite icône "Afficher le diaporama" en haut à droite pour passer en mode plein écran
  • Diaporama interactif flash
    En mode plein écran, n'hésitez pas à cliquer sur "Afficher les infos" pour avoir un descriptif

 

 

Sur le même thème, découvrez aussi :
Costa Rica : pura vida, Ô Canada
Ajouter un commentaire
  • Soyez le premier à ajouter un commentaire